AD 2018 – Who cares? Soignant(e)s et assistant(e)s protestent!

Salle 20, samedi 10h30 – 13h00

Les domaines de la santé et de l’assistance sont un champ de conflit central dans chaque société capitaliste parce que les besoins des patients et des employés sont en opposition radicale avec ceux  des acteurs capitalistes privés, avant tout les assureurs maladie, les associations d’hôpitaux,  les crèches et l’industrie pharmaceutique.

Les entreprises orientées vers le profit et leurs alliés politiques voient dans le secteur de la santé et de l’assistance un champ de croissance et d’investissement considérable, qu’elles cherchent à étendre toujours plus par des mesures d’économie, de privatisation et de démontage social. Ces mesures débouchent sur une augmentation des risques et des effets indésirables. Elles favorisent non seulement le développement d’une médecine à deux vitesses, mais s’attaquent aussi inévitablement aux les salaires et aux conditions de travail d’un personnel très majoritairement féminin. Ces attaques ont donc aussi une caractéristique spécifiquement sexiste.

A cause de la pression économique, il est toujours plus difficile pour les soignant(e)s et les assistant(e)s de concilier les bonnes pratiques professionnelles et les exigences de profit des institutions et entreprises. Le stress moral qui en résulte n’a pas seulement des effets sur la santé des soignant(e)s et assistant(e)s, mais aussi sur celle des patient(e)s.

En partant de l’expérience des soignant(e)s et assistant(e)s dans leur quotidien professionnel, nous essaierons de trouver les points communs de ces deux groupes professionnels féminisés afin de déboucher ensuite sur les origines, politiques et économiques, des problèmes dans ces domaines de la santé et de l’assistance. Dans la discussion, nous aborderons aussi les expériences de résistance contre les programmes de privatisation et de démontages sociaux ainsi que les demandes d’organisation syndicale.

Avec des militantes du groupe de soignant(e)s « Stammtisch Santé », du groupe d’assistant(e)s « Trotzphase » et du Mouvement pour le Socialisme (MPS).