Brésil

Brésil : la lutte pour la reconstruction sera difficile

Mouvements des travailleurs sans terre (MST), Rapport bimensuel du MST, numéro 1, 24 août 2020, publié sur le site Web du MST.

Nous vivons une crise prolongée du système capitaliste et de sa reproduction. Toutefois, la pandémie a accéléré les conséquences de la crise sur les populations, les formes d’exploitation du travail et les biens naturels. La crise profonde traverse les thèmes de la valeur, des limites de l’expansion des capitaux et de la surproduction de biens. C’est aussi une crise de caractère civilisateur, qui tend à approfondir les formes de barbarie de la vie humaine, en particulier des plus pauvres et des Noirs. Ses dimensions sont économiques, politiques, sociales, environnementales et sanitaires.

La pandémie nous rappelle l’urgence de s’attaquer aux questions environnementales et agraires au centre des conflits politiques auxquels sont actuellement confrontés. De nombreux chercheurs et scientifiques soulignent l’origine de la pandémie dans le déséquilibre des êtres humains avec la nature et la destruction des forêts tropicales, provoquant des changements dans les écosystèmes et les formes de vie animale.

La phase actuelle de développement des capitaux nécessite une capacité destructrice intense contre la nature et une violence extrême contre les peuples qui constituent d’importantes formes de résistance dans les territoires. Nous sommes confrontés à de nouvelles formes d’expropriation combinées à une migration forcée, à une diminution des modes de vie autonomes et à la généralisation du travail précaire dans les campagnes et les zones urbaines.

La crise donne lieu à un manque de contrôle sur les effets destructeurs du capital, et la pandémie en est la preuve, causant la perte de milliers de vies humaines. D’après la dynamique actuelle, il est clair que la racine du capital lui-même déséquilibre intensément la nature, libérant des billions d’espèces virales dans les forêts et générant de nombreuses épidémies. Ainsi, il devient urgent, nécessaire et humaniste de lutter pour des changements structurels qui combinent des formes équilibrées de relation avec la nature, la répartition des revenus et des richesses, ainsi que de nouvelles formes de pouvoir.

Les contradictions posées sont si profondes que les formes de contrôle politique d’extrême droite, aux caractéristiques néofascistes, réapparaissent intensément. Il est important de souligner qu’ils n’apparaissent que lorsqu’il existe des intérêts stratégiques pour le capital, comme dans le cas de plusieurs pays d’Amérique latine, comme au Brésil. Cela accentue les fondamentalismes religieux, ainsi que le racisme, la misogynie et la xénophobie. Il convient également de mentionner que les changements possibles dans la géopolitique, en particulier sur ce qui résultera du conflit pour l’hégémonie commerciale dans le monde, auront un impact fondamental sur l’ensemble de la région. Dans le Brésil actuel, l’asservissement à l’administration Trump et à l’État américain s’approfondit, avec de fortes implications pour la souveraineté nationale.

Conjoncture et éléments dynamiques de la contradiction entre les classes

La situation nationale actuelle est marquée par des différends sur l’ordre du jour du coup d’État de 2016 et ses conséquences sur le peuple brésilien. Cet élément dynamique qui déplace la conjoncture a une nouvelle étape de conflits dans la pandémie. L’ordre du jour du coup d’État comprend un vaste programme de :

  1. privatisation des sociétés ouvertes et des banques;
  2. la propriété foncière et la régularisation de l’accaparement des terres (environ 65 millions d’hectares de terres, en particulier en Amazonie);
  3. l’expansion de l’agriculture et de l’exploitation minière pour l’exportation de produits de base;
  4. l’approbation de plusieurs pesticides et la libération de nouveaux OGM;
  5. la déréglementation des relations de travail;
  6. les pertes de droits conquis tels que la sécurité sociale;
  7. privatisation des services publics tels que l’éducation et la santé;
  8. contrôle des données et des informations individuelles;
  9. subventions fiscales et subventions de l’État aux entreprises privées et aux banques, entre autres.

Ce programme donne l’unité à la classe dirigeante, et son exécution par le gouvernement Bolsonaro est déterminante pour définir combien de temps il restera au pouvoir. Pour l’instant, malgré les fissures existantes, il n’y a aucune preuve de ruptures au cours de la classe dirigeante qui pourrait conduire à la destitution du gouvernement actuel.

Au début de l’année, une rupture est devenue plus probable, ce qui a fait Bolsonaro, soutenu par Trump, de faire quelques mouvements:

  1. les accords et la négociation de postes de fonction publique et de ressources pour les secteurs de centre-droit, en particulier au Congrès national, protégeant la possibilité d’accepter les demandes de destitution (il y en a actuellement 50);
  2. militarisation du gouvernement – les forces armées occupent 8 000 postes au sein du gouvernement actuel et leur budget a été augmenté;
  3. une forte alliance avec les secteurs fondamentalistes, principalement pentecôtistes et avec une partie des médias conservateurs;
  4. investissements accrus dans la publicité officielle et les réseaux non officiels pour promouvoir les fake news.

Bolsonaro a même organisé une invasion contre la Cour suprême brésilienne en raison de la possibilité de la saisie de son téléphone portable personnel, ce qui pourrait apporter des preuves de ses relations avec les fausses nouvelles et même avec les groupes paramilitaires (milices). Cet auto-coup d’État n’a pas eu lieu, mais il a servi à montrer jusqu’où Bolsonaro, en alliance avec les forces armées, est prêt à aller.

Les mesures prises par Bolsonaro semblent lui avoir donné un résultat favorable qui a aujourd’hui une amélioration de son approbation parmi la population, même face aux atrocités qu’il commet, se plaçant comme un allié du virus, contre le peuple, précisément au cœur de la crise sanitaire imposée par la pandémie. L’amélioration de l’approbation de Bolsonaro est également liée à l’octroi d’une aide d’urgence mensuelle, transmise à environ 60 millions de Brésiliens dans une situation de vulnérabilité sociale (au début, le gouvernement était contre une telle mesure, mais a été obligé par le Congrès national de dépenser des ressources pour compenser les effets de la pandémie).

Toutefois, l’explication de l’augmentation de l’approbation de Bolsonaro au Brésil n’est pas si simple. Il est directement lié aux bases du bolsonarismo – en fait, les bases du fondamentalisme, qui existaient au Brésil avant Bolsonaro, qui se présentait comme un phénomène adapté à une crise précédente.

Il y a des contradictions dans les secteurs dominants à différents niveaux, principalement entre les secteurs de la droite et de l’extrême droite. Cependant, il est important de souligner que l’élément qui anime la situation brésilienne aujourd’hui n’est malheureusement pas situé dans des luttes de classe, mais peut-être au début d’un conflit intra-Bourgeois.

Les organisations populaires et les secteurs de gauche ont eu du mal à se démarquer dans le scénario actuel, même avec toutes les initiatives prises, qui sont malheureusement insuffisantes pour éroder Bolsonaro et son projet de mort. Cependant, il y a d’importantes manifestations de résistance, telles que la grève des livreurs et des femmes qui travaillent pour d’énormes sociétés d’applications, les manifestations antiracistes et antifascistes menées par des fans de football organisés, la grève des postiers, les actions symboliques pour « Bolsonaro Out! » et la récente résistance à l’expulsion du camp MST Quilombo Campo Grande dans le Minas Gerais.

Un autre point fort des initiatives populaires a été l’articulation politique autour de la campagne Bolsonaro Out, qui a réuni des militants de plusieurs mouvements, partis, centrales syndicales et églises. Cette campagne a donné une unité politique importante dans les secteurs de gauche.

Brésil et COVIDE-19

En ce qui concerne la pandémie, nous sommes le pire pays du monde en termes de taux de mortalité (53 décès par COVIDE-19 pour 100 mille habitants; avec cette marque, nous avons dépassé les États-Unis à cet égard); nous avons 114 772 morts et 3 605 783 infectés (08/24).

La plupart des services ont rouvert, et il y a une fausse attente de revenir à la normale, faisant taire une moyenne d’environ 1 000 morts par jour. Cette relativisation s’explique en partie par le fait que les décès par COVIDE-16 se sont stabilisés dans la classe moyenne et la classe dirigeante, et aujourd’hui elle affecte, encore plus, les pauvres, les habitants des périphéries, et la population noire.

Il y a actuellement beaucoup de débats sur les risques de reprise des cours. Les secteurs des écoles privées ont exercé beaucoup de pression sur les gouvernements pour qu’ils rouvrent les écoles, ce qui devrait signifier une nouvelle vague de contamination, étant donné que les enfants peuvent supporter une forte charge virale et produire des contagions, même si elles sont asymptomatiques.

Dans le cadre de la pandémie, la violence policière à l’égard des pauvres, ainsi que la violence domestique, qui touchent les femmes, les enfants, les adolescents, les jeunes, les personnes âgées et les personnes LGBT, ont augmenté. Le cas le plus emblématique est celui d’une fillette de 10 ans qui avait été violée par son oncle depuis l’âge de six ans et qui était tombée enceinte à la suite de ce crime.

L’avortement légal, dans certaines situations, comme le viol, est autorisé au Brésil depuis 70 ans. Mais malgré cela, le service de santé de l’État où vivait la jeune fille, Espirito Santo, a refusé d’effectuer un avortement, et la famille a dû se rendre à l’État de Pernambuco pour assurer un tel droit. L’avortement légal a été pratiqué, même sous de fortes protestations de la part de groupes religieux fondamentalistes.

Initiatives MST dans le contexte actuel

En ces temps de pandémie, il existe de nombreuses initiatives de MST. Nous avons donné la priorité à l’éducation politique : l’École nationale Florestan Fernandes (ENFF) a organisé une plateforme numérique avec des guides d’étude, des groupes de débat et des cours à distance qui ont servi plusieurs militants à travers le pays.

En communication, nous avons fait la promotion, de façon permanente, d’espaces pour la socialisation de ce qui représente la culture organisationnelle sans terre comme dans le programme Comida de Verdade et les débats sur les thèmes essentiels du contexte brésilien et international dans le programme Café com MST.

Nous avons guidé nos tactiques politiques en trois priorités :

  1. Résistance active dans la défense des territoires conquis, comme dans le cas de Quilombo Campo Grande Camp;
  2. Plan d’urgence pour la réforme agraire du peuple avec des mesures pour faire face à la pandémie et à la crise économique;
  3. Solidarité de classe– depuis le début de la pandémie, nous avons distribué 3 100 tonnes de nourriture et plus de 50 000 boîtes à lunch à des personnes en situation de vulnérabilité sociale.

Nous prenons soin de nous-mêmes, nous résistons, nous étudions, nous nous battons et travaillons. Notre campagne Plantation d’arbres, production d’aliments sains, visait à planter 100 millions de semis d’arbres en 10 ans. Elle est pilotée par des jeunes et des enfants sans terre. Nous avons lancé la campagne Retour à l’école pendant une pandémie est le crime, parce que pour nous, les classes peuvent être récupérées à l’avenir, mais les vies ne seront pas.

Nous mèneons une grande campagne pour reconstruire notre école Eduardo Galeano qui a été détruite par la police militaire lors de l’expulsion dans le Minas Gerais. Nous allons reconstruire brique par brique parce que l’éducation est une fenêtre ouverte à la connaissance et la liberté pour notre conscience. Nous continuons dans la lutte et la résistance!

Combat! Construisez une réforme agraire du peuple!

Publié le 29 août 2020 sur la plateforme altermondialiste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s